A l’occasion de son affiliation à la Fédération Française de Judo, Jujitsu, Kendo et Disciplines Associées, chaque club breton s’engage par la signature du contrat club à « faire prendre une licence à TOUS ses adhérents ».

Le contrat club constitue la formalisation de nos rapports mutualistes. Il illustre le respect de nos valeurs telles que l’honneur et le respect. La licence permet notamment à l’ENSEMBLE des licenciés de bénéficier :

  • D’un enseignement de qualité dispensé par des enseignants formés et diplômés par la FFJDA
  • De la gratuité dans la participation à l’ensemble des animations, stages, passages de grade et compétitions sportives
  • De la formation initiale et continue des dirigeants, arbitres, commissaires sportifs, juges
  • D’une couverture assurantielle avec des garanties élevées : individuelle accident corporel, responsabilité civile des dirigeants et pratiquants, protection juridique, assurance dommages aux véhicules des dirigeants et transporteurs bénévoles.
  • D’aides aux déplacements des athlètes sur les compétitions nationales (FND)
  • La possibilité pour les clubs de bénéficier de la centrale d’achats « Anima Clubs » grâce aux nombres de licenciés.
  • Des actions fédérales : « Mercredi de l’Équipe de France », « Tournée des Champions »
  • Mais aussi des actions régionales : « Stage Ilias Iliadis », Stage National de Rentrée (SNR) …

La licence permet aussi de financer l’activité des Comités et Ligues, l’emploi des cadres techniques et du personnel administratif, qui assurent la représentation et la crédibilité du judo auprès des collectivités.

Contrairement aux idées reçues, la Fédération et ses organismes territoriaux développent des activités pour toutes les catégories d’âge : des très jeunes (passeport éveil, animations départementales, aide à l’encadrement) jusqu’aux adultes (regroupements, formation, vétérans).

Ce contrat club donne donc des droits, mais aussi des devoirs qu’il convient de respecter.

Honorer le contrat club, c’est accepter que pour bénéficier d’avantages, il faut y avoir participé totalement. La prise en charge des frais d’arbitres, de commissaires sportifs, la gratuité des stages, les techniciens disponibles sont financés en partie parce que les clubs respectent leur contrat club. C’est pourquoi le sous-licenciement menace notre système fondé sur la mutualisation : « Entraide et Prospérité Mutuelle »

A cet égard, la ligue se rapprochera dans les prochaines semaines des clubs faisant état d’un nombre de licences singulier afin d’en comprendre les raisons, d’envisager le meilleur accompagnement possible et trouver les solutions les plus pertinentes pour le club, les OTD bretons et la FFJDA.

Pour les clubs souhaitant anticiper cette rencontre et nous faire remonter certaines difficultés, vous pouvez d’ores et déjà vous rapprocher de vos OTD d’appartenance (CD et Ligue)